Sahara algérien : le viol permanent

أنت هنا:

Par: Ali Bensaad

L’annonce de l’exploitation du Gaz de Schiste est une très mauvaise nouvelle pour le Sahara et pour l’Algérie.

Je ne parle pas ici de prospective. Je parle d’expérience, de constats de terrain établis. Je parle à partir d’une expérience de recherche menée avec des collègues et certains de nos étudiants durant 5 ans dans le Sahara algérien. Commencée il y’a près de 20 ans, elle s’est poursuivie jusqu’en 2006. J’ai édité une partie des résultats dans un ouvrage paru il y’a 10 ans lien ci-joint et plusieurs articles scientifiques. Il n’était pas encore question de Gaz de schiste (la politique était alors de pomper le maximum de pétrole) mais il s’agissait déjà et principalement de la nappe d’eau albienne que menace justement l’exploitation du gaz de Schiste et qui, déjà, avait été profondément altérée et dont surtout l’usage avait engendré une grave crise écologique, économique, agricole, urbaine et sociale au Sahara.

Sous les sables du Sahara git la plus grande réserve d’eau douce au monde : 6.000 milliards de M3 d’eau. Mais son exploitation minière et rentière, l’incompétence qui l’a entourée, le clientélisme et la corruption, le mépris des sociétés locales et de leur savoir-faire ont transformé ce miraculeux don de la nature en un cauchemar qui a ruiné le cadre de vie et l’économie saharienne.

Coluche n’aurait pas osé mieux caricaturer : dans ces régions qui souffrent d’aridité, l’agriculture a été tuée par trop d’eau ! Et dans ces contrées d’étendues sableuses, on a payé des millions d’euros le sable, un sable local, sur place !

La ruée sur cet or bleu, son exploitation minière avec gabegie, sans prévention et en écartant les sociétés locales, a conduit à noyer l’agriculture sous trop d’eau ! En 2004 à El Oued 120.000 palmiers étaient morts noyés par cette eau des nappes albiennes et 200.000 en voie de l’être ! La ville des 1000 coupoles tellement chantée par Isabelle Eberhart a vu plusieurs de ses beaux édifices rongés s’écrouler et surtout ses Ghouts noyés. Ces ghouts, grands entonnoirs profondément creusés, sorte de pyramide inversées, au fond desquels palmiers et autres plantes sont cultivées, ouvrages colossaux qui nécessitent une masse considérable de travail pour leur creusement et un entretien rigoureux pour leur maintien. Véritables écrins de verdure dont la forme concave faisait écho à celle convexe des coupoles pour donner ce charme particulier à la ville. Ces Ghouts noyés sont devenus des dépotoirs et des sources de maladie, un véritable problème d’hygiène publique. En 2004, près d’un millier de Ghouts ont été ennoyés (915 exactement). Un véritable problème d’hygiène publique Pour les remblayer, chose nécessaire pour ceux qui sont au cœur de la ville (10% de la surface de la ville !), le remblaiement total coûte 150.000 euros chacun!. C’est une opération difficile où il s’agit de transporter le sable à partir des dunes. On en arrive ainsi à cette situation paradoxale de devoir payer cher le sable dans un désert !

Qu’en sera-t-il demain de cette nappe avec des risques démultipliés par l’exploitation du Gaz de schiste alors même que sans, c’est déjà une catastrophe !

De cette expérience, j’ai appris à quel point les sociétés civiles sahariennes, issues pourtant de sociétés traditionnelles, ont une ingénierie sociale, une autonomie, une résilience et des instruments de médiation qui surclassent de loin ceux du pouvoir, d’où la méfiance de celui-ci à leur égard. On ne peut comprendre les conflits qui s’y déroulent, comme ceux de Ghardaïa, sans prendre en compte la donne d’un pouvoir que contrarie la résilience de ces sociétés civiles.

PS : J’entends déjà l’objection de l’incompétence de parler d’une telle question « technique ». Avant d’aller au fond, je précise que parmi mes bifurcations, j’ai eu à faire une thèse de climatologie-hydrologie (c’est à ce titre que j’ai conduit cette recherche qui n’était pourtant pas que technique). Un ensemble d’aléas m’ ont conduit à cette bifucation. J’en ai tiré un grand bénéfice : la démystification du déterminisme technique ou naturel, argument des dominants pour imposer des choix. Tous les choix sont d’abord des choix de société. La technique suit.

Je mets le lien du livre sur google book avec la possibilité de le feuilleter. Je mets également le PDF d’un poster qui explique schématiquement cette situation avec l’exemple de la situation dans la ville d’El Oued, et le PDF d’un article sur cette question dans le Bas Sahara.

رأيك يهمنا، هل استفدت من هذا الموضوع؟
0 out of 5 stars
5 Stars 0%
4 Stars 0%
3 Stars 0%
2 Stars 0%
1 Stars 0%
كيف يمكننا تحسين هذا الموضوع؟
نرحب بمقترحاتك تواصل معنا؟

رأيك يهمنا (إضافة، تعديل، مصادر)

%d مدونون معجبون بهذه: